Une perle de la chanson hydrologique française, communiquée par Yan Lacaze,  à écouter absolument (par exemple sur deezer : http://www.deezer.com/fr/#/search/hymne%20a%20l'adour)

Edmond DUPLAN (né en 1930) : Hymne à l'Adour


Sa source chante à La Mongie au pied du col du Tourmalet… l’Adour
L’isard vient s’y désaltérer à l’aube claire de l’été… l’Adour
Elle folâtre à travers les champs de neige de l’hiver… l’Adour
Et pour son premier saut de l’ange elle tombe en cascade blanche… l’Adour
Puis s’estangue au bas des estives au laquet vert de Gripp-Artigues… l’Adour  

A Sainte-Marie elle convole avec l’autre Adour de Payolle… l’Adour
Puis le ruisseau devient torrent quand elle traverse Campan… l’Adour
Elle fait danser les pastourelles et rejouvence Yvonne Arène… l’Adour
à Beaudéan elle se donne à une autre Adour de Lesponne… l’Adour
Ensemble elles deviennent rivière lorsqu’elles arrivent à Bagnères… l’Adour  

A Pouzac l’Alaric s’enfuit de son lit pour vivre sa vie… l’Adour
à Montgaillard au pont gothique elle passe fière et magnifique… l’Adour
Entre les champs et les prairies de Hiis à Soues elle poursuit… l’Adour
Sa balade qui la conduit dans la ville des tarbellis… l’Adour
Et pleure en quittant Maubourguet ses montagnes des Pyrénées… l’Adour  

Elle salue Riscle, Aire et Grenade et continue son escapade… l’Adour
à Saint-Sever elle s’étire, à Dax elle coule de plaisir… l’Adour
Lorsqu’elle entend chanter le soir la belle dacquoise à l’œil noir… l’Adour
Mais à Port-de-Lannes l’attend le gave de Pau son amant… l’Adour
Jusqu’à Bayonne ils se préparent à vivre la plus belle histoire… d’Amour.