Gérard DUCOS (né en 1947) : Le cercle


Tout comme la rivière
qui roule doucement
entre rives et pierres
mais toujours de l'avant
    je vais là-bas . . .
Je vais là-bas jusqu'à la mer
dans ce pays d'algues et de sel
où le silence est éternel.

Tout comme la rivière
venant elle ne sait d'où
d'une larme sur terre
ou d'un rire un peu fou
    je vais là-bas. . .
Je vais là-bas jusqu'à la mer
dans ce pays d'algues et de sel
où le silence est éternel.

Et je m'enfoncerai
jusqu'aux abysses d'or
me mêlant il est vrai
un instant à la mort
je trouverai bien quelque vent
pour me reprendre et m'emporter
jusqu'aux nuages d'un été.

Le glaive des orages
transpercera mon corps
je tomberai sans rage
sans haine et sans remord
jusqu'à la terre
Le cycle recommencera
jusqu'au jour où ma tendre mère
perdra la pointe du compas...