Frédéric MISTRAL (1830 - 1914): Lou pouèmo dóu Rose (Le Poème du Rhône)


Sant Micoulau, patroun de la marino,
A ains Coundriéu soun autar, sa capello.
En capo d'or e mitro fourcarudo
Lou benurous, em'uno tino contro
Que ié vesès testeja li tres móussi
Escapoula de l'orro saladuro,
Estend sa man sus tout ço que navego.
Tóuti lis an, aqui ié fan sa fèsto;
E li marin, sus lis espalo, digne,
En proucessioun ié porton uno barco;
E quand au Rose un negadis brassejo:
« Au grand sant Micoulau, ìé cridon tóuti,
Arrecoumando-te, mai nado ferme! »


Saint Nicolas, patron de la marine,
a dans Condrieu son autel, sa chapelle.
En chape d'or et en mitre fourchue
le bienheureux, ayant près de lui la cuve
d'où l'on voit émerger les têtes des trois mousses
échappés sains et saufs de l'horrible saumure,
étend sa main sur tout ce qui navigue.
Là, tous les ans on célèbre sa fête;
et les marins, sur les épaules, dignes,
en procession y portent une barque;
et lorsque au Rhône un noyé se débat:
« Au grand Saint Nicolas, tout le monde lui crie,
recommande-toi bien; mais nage ferme! »