Aléa hydrologique


Etymologie & Histoire

Lat. alea, « dés ; jeu de dés, de hasard ; hasard ». Empr. et francisé aléa en 1852. L’adjectif aléatoire (lat. aleatorius) est attesté antérieurement (1596).


Définitions existantes


Définition proposée

Probabilité d’occurence d’un phénomène hydrologique d’intensité donnée.


Commentaires

L’aléa est défini en référence à une variable aléatoire. Pour l’aléa d’inondation par exemple, les variables pertinentes caractérisant le degré d’exposition d’une zone sont multiples : valeurs maximales de débit, de hauteur de submersion, de vitesse d’écoulement ; valeurs synthétiques sur la crue comme la durée de submersion, la rapidité de montée des eaux, le volume écoulé. Un événement donné pourra être positionné sur une échelle probabiliste pour chacune de ces variables. On retiendra que les différentes variables caractérisant un même événement n’ont la même probabilité d’occurrence.

L’aléa inondation présente une variabilité spatiale, du fait de l’hétérogénéité des pluies et des processus d’écoulement à l’intérieur du bassin versant. Lorsque la taille du bassin versant est importante, les contributions de chacun des affluents sont rarement équivalentes, et le jeu des concomitances peut induire des conséquences très différentes d’amont en aval. Il existe également une variabilité temporelle au cours de l’événement, induite par la succession d’épisodes de pluie plus ou moins intenses et de leur traduction complexe en débit. Une crue exceptionnelle en débit de pointe peut ne pas l’être en volume écoulé.

L’échelle spatiale de définition de la variable aléatoire conduit à une caractérisation différente de l’aléa. Ainsi, il est normal d’observer chaque année sur la totalité du territoire français plusieurs crues décennales à l’échelle de bassins versants particuliers.

La période d’occurrence dans l’année peut également jouer un rôle important, lorsque le régime des crues est nettement différencié d’une saison à l’autre, ou en présence de conditions particulières à l’origine de la crue (crue nivale …). La variable aléatoire pourra ainsi être définie sur une période particulière de l’année, lorsque le phénomène aléatoire ou la vulnérabilité varient de façon significative au cours de l’année (variations saisonnière).

Une dernière difficulté réside dans la non-stationnarité possible du régime des crues, du fait de forte variabilité climatique ou de modifications des conditions de ruissellement.

L’analyse probabiliste des crues devra s’attacher à décrire de façon complète les différentes facettes des événements, en reprenant les différents aspects qui viennent d’être évoqués.


M. Lang, Janvier 2002