Apport(s)


Etymologie et Histoire. : Subst. verbal de apporter, du latin apportarer, ad, et portare, porter à, fournir.

En hydrologie, terme employé le plus souvent au pluriel, pris absolument pour apports d’eau, au sens actif ou au sens neutre, quantité d’eau apportée.

"  un apport constant d’eau douce dilue le sel… " (A.Gide)


Définitions existantes

Dictionnaire français d’hydrologie de surface (M.Roche, 1986)

" Ensemble des écoulements en provenance d’un bassin versant, de surface et souterrain. On dit aussi " apports totaux " ou " apports globaux ". "

N.B. Le terme apport(s) ne figure pas dans le Glossaire International d'hydrologie (1992) qui cite seulement des apports qualifiés : apport diffus, apport intermédiaire et apport latéral, apport local, apport nival, apports spécifiques. Dans toutes ces expressions apport  a généralement le sens (actif ou neutre) d’eau apportée à un hydrosystème ou à une partie d’hydrosystème (par exemple : bief de cours d’eau, lac, nappe souterraine…)

Dans le Dictionnaire français d’hydrogéologie (1977), apports (d’eau) est seulement mentionné comme synonyme d’alimentation ou d’entrée d’eau.

Remarque : en hydrologie un glissement de sens s’est souvent produit entre l’apport à un hydrosystème, un bassin…, et l’apport d’un hydrosystème, d’un bassin, ce qui aboutit à une ambiguïté sémantique et à deux sens opposés : flux entrant ( = alimentation) dans le premier cas, flux sortant dans le second, mieux distingués en anglais par les termes inflow et outflow ou yield.


Définition proposée

Flux d’eau entrant dans un hydrosystème défini, ou une partie d’hydrosystème, pendant une durée donnée.


Commentaires


Typologie

Les apports sont souvent qualifiés suivant l’origine de l’eau, en apports endogènes (ou internes), formés à l’intérieur du territoire considérés (apports météoriques par exemple) et apports exogènes (ou externes) provenant de l’extérieur de ce territoire (affluence de cours d’eau ou de nappes souterraines transfrontaliers).


J. Margat, novembre 1999