Artésien, Artésianisme


Etymologie & Histoire.

En toponymie, au sens de " relatif, propre à l’Artois ", artésien est attesté dès le XIIIème (avec diverses variantes plus tard). Du latin médiéval atrebatensis (pagus), du nom Atrebates donné par César (De bello Gallico) à un peuple du Nord de la Gaule.

En hydrologie, " du nom d’une province de France, l’Artois, où l’on paraît s’être spécialement occupé de la recherche des eaux souterraines " (Arago), artésien qualifie un " puits foré suivant la méthode artésienne " (Héricart de Thury,1829). Rendant compte, avec éloge, de cet ouvrage, dans son Rapport sur l’année 1829, Cuvier parle de ces " puits connus sous le nom de forés et d’artésiens ". En 1834, dans l’Annuaire pour 1835 du bureau des longitudes, Arago publie un grand Mémoire "  Sur les puits forés connus sous le nom de puits artésiens, de fontaines artésiennes ou de fontaines jaillissantes ".

Dérivé Artésianisme (Martel, 1921).

Références : Garnier 1821, Thomine 1822, Héricart de Thury 1829, Revue " Le puits artésien " depuis 1837, Paramelle 1856, Larousse 1874, Daubrée 1887, Lapparent 1893, D’Andrimont 1902, Haug 1911, Martel 1921, Imbeaux 1930, Dienert 1932, Fourmarier 1939, Schoeller 1955.


Définitions existantes

Le qualificatif artésien n’est généralement pas défini dans les glossaires séparément de son usage dans les expressions " puits, nappe ou bassin artésien ". On peut cependant citer l’article extrait de la " Terminologie hydrogéologique. Propositions pour un dictionnaire " (J. Margat, 1965)

ARTESIEN

Il en est de même pour

ARTESIANISME

Dictionnaire français d’hydrogéologie (1977)

" Artésianisme ": Aptitude d’un aquifère captif à permettre le jaillissement spontané des puits qui l’atteignent, ou l’existence de sources artésiennes, créée par la conjonction de conditions hydrodynamiques et topographiques favorables : niveaux piézométriques initiaux situés au dessus du sol.

N.B. : Cette définition est cohérente avec le sens restreint – originel – de puits artésien, mais non avec son sens élargi lié seulement à la notion de captivité.  "

Figurent dans le Glossaire International d'Hydrologie (1992) :

Remarque : ces définitions emploient des termes tels que eau artésienne, nappe artésienne, pression artésienne, non définies dans le Glossaire, et en partie tautologique de ce fait.


Définitions proposées

ARTESIEN

Qualifie un puits, un forage, d’où l’eau jaillit naturellement. Par extension : qualifie l’eau jaillissante, la charge hydraulique d’une nappe captive dont l’altitude est au dessus du sol, une nappe souterraine ou un aquifère captifs dont l’eau est potentiellement jaillissante, une structure hydrogéologique comportant un ou plusieurs aquifères à potentiels au dessus du sol (" bassin artésien "), une source issue d’une nappe captive.

ARTESIANISME

Conditions hydrodynamiques permettant le jaillissement de l’eau par les puits ou forages exploitant une nappe souterraine captive dont le niveau piézométrique est au dessus du sol.


Commentaires


Jean MARGAT, mars 2000