Cours d'eau


Etymologie et histoire

De cours (empr.lat. cursus, "course, cours") qui désigne dès le début du 13e siècle le mouvement d'une eau courante, et eau, ce syntagme qui associe le déterminé cours et le déterminant d'eau étant aujourd'hui lexicalisé (au même titre que chemin de fer, pomme de terre, etc...). Attesté de façon isolée au 13e puis au 16e, il ne devint un composé stable que dans le premier tiers du 19e terme générique englobant rivière, fleuve, ruisseau etc.. Encore est-il assez rare, on le rencontre par exemple chez A. de Humboldt comme dans la traduction française (1833) du Manuel de Géologie de La Bèche (p.101). Notons que les dictionnaires de l'époque définissent encore les cours d'eau (rivière, torrent...) par eaux courantes ou courant d'eau : ainsi Boiste (6ième ed., 1823), pour rivière "eaux qui coulent dans un lit assez grand...", ruisseau "petit courant d'eau", et torrent "courant d'eau impétueux...". Cours d'eau semble bien avoir été à l'origine un terme technique, peu à peu imposé par les géologues et les géographes.


Définitions existantes Le mot apparait la plupart du temps dans la rubrique "cours".


Définition proposée

COURS D'EAU : terme général désignant tous les chenaux superficiels ou souterrains, naturels, conducteurs d'eau permanente ou temporaire.


Commentaires

On suggère donc de favoriser le terme "cours d'eau" au détriment de ces différentes dénominations quand ces autres dénominations ne correspondent pas à une réelle augmentation de connaissance dans le contexte où ils sont employés.

Les adjectifs fluvial et fluviatile sont relatifs aux rivières et aux fleuves. De même on parle d'un régime torrentiel (régime turbulent).


Typologie

De nombreux qualificatifs peuvent être associés au mot "cours d'eau":

Ces qualificatifs ne sont guère normalisés et ne peuvent constituer une véritable typologie.


Des différents "cours d'eau"

Cours d'eau naturels

Le réseau hydrographique est un réseau hiérarchisé (A.N.Strahler, 1957) dont chaque élément (affluent, tributaire) rejoint un élément plus important au niveau d'une confluence. Chaque ensemble de segments, du plus petit au plus grand a, en français des noms spécifiques d'origine plus ou moins régionale. On peut ainsi trouver les noms suivants:

Cours d'eau artificiels


J.P.Carbonnel, septembre 1997