Cycle de l’Eau, Cycle hydrologique


Etymologie et histoire :

Cycle est d’abord un mot savant emprunté au grec Kuklos (déjà repris par le latin tardif cyclus) dont le sens général " cercle, roue " s’est étendu en Astronomie et Chronologie pour désigner un mouvement circulaire, une évolution, une suite d’événements (notamment chez les poètes épiques dits cycliques, Kuklikoi) ; En français, le mot est attesté dès 1534 (Rabelais, Almanach de 1534) dans l’expression cycle du soleil. Il reste longtemps du seul domaine de la chronologie à base astronomique, pour désigner les divisions du temps proposées dans les calendriers des différents peuples depuis l’antiquité (Dodwell, 1701). C’est dans ce sens qu’il est employé dans la première moitié du XIXe par Laplace (Système du monde) et Arago (Astronomie populaire).

Dans la seconde moitié du XIXe le mot apparaît dans d’autres domaines scientifiques notamment en thermodynamique. Le sens de "  circularité " l’emporte, il s’agit alors d’une série de transformations ramenant un phénomène à son point de départ. Le géographe Lapparent parle de cycles d’érosion, de cycles successifs, s’inspirant des études de l’américain Morris Davis (1889 et 1894), pour lequel " l’évolution d’un réseau hydrographique comporte une série de phases ". Un peu plus tard, R. d’Andrimont (1906) parle du cycle de l’eau. Mais, si l’expression est nouvelle, l’observation des différentes phases par lesquelles passe l’eau (partant de l’atmosphère pour y revenir) est très ancienne, remontant à l’antiquité (par ex. Pline). Dans un petit ouvrage du chimiste Tissandier (1869), on admire " le voyage d’une goutte d’eau qui s’exhale de l’Océan et après avoir tout animé sur son passage, revient à l’Océan et recommence à décrire sans cesse un cercle bienfaisant " (p.70). Ce cercle est un cycle


Définitions existantes :

Nota : Cycle de l’eau et cycle hydrologique sont usités indifféremment par de nombreux auteurs   " Le cycle de l’eau dans la nature ou cycle hydrologique " (Bureau des Longitudes, 1984). La seconde formulation exprime davantage le fait que ce concept résulte d’une démarche scientifique globale.


Références :

" L’eau parcourt sur le globe un cycle continu  (R. d’Andrimont, 1906)

" L’énergie solaire est le moteur du cycle de l’eau " (Y. Tardy, 1986)

" Le cycle de l’eau " est le titre de différents ouvrages : P. Lebreton 1978, Y. Tardy 1986 , J. Margat 1993, G. Jacques 1996, R. Lambert 1996)


Remarques


Définition proposée :

Circulation générale de l’eau, en circuit fermé et avec changements d’état, entre les réservoirs de l’hydrosphère - océan, atmosphère, surface et sous-sol des terres émergées - mettant en jeu les phénomènes d’évaporation, de convection, de condensation et précipitation, d’écoulement et d’infiltration, ainsi que les variations et renouvellements des stocks dans ces réservoirs. Le cycle de l’eau, mu par l’énergie solaire, joue un rôle fondamental sur la redistribution de celle-ci à la surface de la Terre.


Commentaires :


J. Margat, Janvier1999