Eau fossile


Etymologie & Histoire

Fossile : du latin Fossilis, « tiré de la terre ». Au sens propre, en géologie, qualifie les restes ou empreintes d’organismes conservés dans les roches sédimentaires, contemporains de la formation de celles-ci, donc de même âge, et le plus souvent éteints à présent. Par extension : de grande antiquité, très antérieur aux temps modernes, « d’un autre âge », d’âge préhistorique… Appliqué à l’eau souterraine généralement par métaphore dans ce sens et non dans le sens de même âge que la roche qui la contient (A. Bonte, 1958; H. Schoeller, 1962).


Définitions existantes :


Définition proposée

Eau présente dans un aquifère depuis une très longue durée (de l’ordre de plusieurs siècles au moins, plus généralement plusieurs millénaires ou dizaines de millénaires), entrée souvent sous des conditions climatiques et morphologiques différentes des conditions actuelles, hors du jeu du cycle de l’eau contemporain.


Commentaires :

Le concept d’eau fossile est d’essence climatique et se relie à celui d’âge d’eau souterraine, c’est à dire du temps écoulé depuis l’entrée de l’eau considérée dans l’aquifère. Il s’applique à un quantum d’eau local et non à l’ensemble de l’eau d’un aquifère. L’ancienneté de l’eau est due plutôt à une longue durée de déplacement entre la zone de recharge et le lieu d’échantillonnage (longue trajectoire, vitesse très lente), qu’à l’absence actuelle de recharge de l’aquifère. Le concept d’eau fossile ne se confond donc pas avec celui de ressource non renouvelable.


J. Margat, Décembre 2002