Eau minérale


Etymologie et histoire

Syntagme (nom + déterminant adj.) constituant aujourd'hui une unité lexicale courante. Minéral (adj.), empru. lat. médiéval mineralis, d'un gallo-roman mina "mine", est attesté en 1516. Eau minérale apparaît dans un Edit Royal d'Henry IV de mai 1605. En 1639, dans un texte littéraire: "comme les eaux minérales retiennent cette qualité des lieux souterrains où elles passent" (G. de Scudéry). Plus tard, chez Perrault (1674), les Dictionnaires de Michelet (1680), Académie (1696) etc...


Définitions existantes :

Définition légale, décret du 12 janvier 1922 (2ème alinéa de l'article 1er) portant règlement d'administration publique en application de la Loi du 1er août 1905 : "Les dénominations eaux minérales, eau minérale naturelle ou tout autre contenant ces mots, sont réservées aux eaux douées de propriétés thérapeutiques, provenant d'une source dont l'exploitation a été autorisée, par décision ministérielle, dans les conditions prévues par les lois et règlements en vigueur".

Gosselin, Schoeller (1939) "Une eau minérale est une eau d'origine souterraine, qui peut être employée comme agent médicamenteux".


Remarques :


Définition proposée :

Eau naturelle d'origine souterraine à laquelle les médecins ou hygiénistes attribuent une vertu thérapeutique ou sanitaire quelconque, liée aux substances qu'elle contient en solution et/ou à certaines caractéristiques physiques.


Commentaires :


J. Margat, Juillet 1998