Etiage


Etymologie et Histoire :

Le mot serait dérivé de "étier", terme dialectal de l'Ouest qui désignait un chenal reliant la mer et le marais salant (le remplissant à marée haute et le vidant à marée basse). De même origine que estuaire, empr. lat. aestuarium, de aestus au sens de "marée" (estuaire désignait à l'origine une échancrure côtière envahie par la mer à marée haute). L'étiage était donc assimilé à l'état d'un étier après retrait des eaux. Etiage est attesté en 1780.


Définitions existantes :


Définition proposée :

Débit exceptionnellement faible d'un cours d'eau, qu'il ne faut pas confondre avec les basses eaux saisonnières habituelles , même s'il en est l'exacerbation.

La définition statistique la plus usuelle est le débit caractéristique d'étiage (DCE) calculé sur une longue série (plusieurs années) de débits journaliers classés, débit au dessous duquel l'écoulement descend dix jours par an.


Commentaires


M. Dacharry, décembre 1996