Infiltration


Etymologie et histoire

Infiltrer, infiltration mots attestés en médecine et pharmacie dès le XIVième siècle (Guy de Chauliac, La grande chirurgie, manuscrit), donc antérieurement à filtre, filtrer, filtration. Formés du préfixe locatif in- et du latin médiéval filtrum (VIIIième siècle au sens de "feutre"), francique filtir : les filtres étaient faits à l'origine d'"étoffes de laine à poils" (Lavoisier, Traité élémentaire de Chimie, II, p.91), c.à.d. de feutre, plus tard d'un type de papier feutré. Les deux mots sont employés au XVIIIième (Acad., 1762) dans un sens plus général de "passer (comme dans un filtre) par les pores d'un corps solide", puis tout naturellement en Géologie (Buffon, Hist. Nat. des minéraux, 1783), en parlant de l'eau : "Toutes les fontaines proviennent des eaux pluviales infiltrées et rassemblées sur la glaise". Réf. au XIXième siècle : Héricart de Thury 1826, Paramelle 1856, Larousse 1874, Gosselet 1888, Martel 1894.

Remarques :


Définitions existantes

Dans la langue générale:

  • Littré (1860) :
    "Action d'un fluide qui pénétre dans les interstices des substances solides"
  • Le Robert (1973) :
    "Action de s'infiltrer; résultat de cette action. Infiltration de l'eau....dans la terre ; infiltrations alimentant une source".
  • Trésor de la Langue Française :
    "Pénétration d'une substance liquide à travers les interstices d'un corps solide".

    En hydrologie :

  • G. Réméniéras, 1960 : "L'infiltration est le passage de l'eau de la surface du sol à l'intérieur de celui-ci, elle se distingue ainsi de la percolation ou filtration, phénomène en étroite corrélation avec l'infiltration, mais qui désigne la circulation de l'eau à travers le terrain".
  • G. Castany, J. Margat (Dictionnaire français d'Hydrogéologie, 1977) :
    "Passage de l'eau à travers la surface du sol (pénétration dans le sol) et mouvement descendant de l'eau dans la zone non saturée, jusqu'à la zone saturée ou non".
  • M. Roche (Dictionnaire français d'hydrologie de surface, 1986) :
    "Passage d'un fluide de l'extérieur vers l'intérieur d'un milieu poreux. Pour qu'il y ait infiltration, il ne suffit pas que le milieu soit perméable, il faut que la surface qui le sépare de l'extérieur le soit aussi".
  • Glossaire International d'Hydrologie, 1992 :
    "Mouvement de l'eau pénétrant dans un milieu poreux depuis la surface du sol".

    Remarque : Par rapport au sens général la spécialisation en hydrologie se rapporte moins à la nature du phénomène (pénétration) qu'à celle du fluide en jeu (l'eau) et au champ concerné (le sol).


    Définition proposée

    Au sens actif :

    Phénomène du passage de l'eau (ou d'un autre fluide) à travers la surface du sol, de sa pénétration dans le sol et de son mouvement descendant dans la zone non-saturée du sous-sol.

    Au sens neutre :

    Quantité d'eau infiltrée, en référence à un espace et à une durée définis.


    Commentaires


    J. Margat, mai 1997