Perméable, Perméabilité


Etymologie et Histoire

Perméable : du bas latin permeabilis, de permeare, " passer (meare) à travers (per) ". Attesté en 1556 (dans une traduction de Cardan). REM. : P. Perrault (de l’origine des fontaines, 1674) emploie le mot perviable (" …. Ou bien les eaux passent sous terre par quelque endroit graveleux et pervéable… ") (p.215).

Perméabilité. Dérivé de perméable. Attesté en 1620, au sens de " qualité de ce qui coule facilement ". Au sens moderne, en 1755.

REM. Imperméable, Buffon, 1778 ; Imperméabilité, Saussure,1779

Réf. : Arago, 1834; Belgrand, 1846; Delesse, 1862; Dupuit, 1863; Daubrée, 1887; Boursault, 1900; A. Mayer, 1947 : " Les terrains perméables "; J. Ferrandon, 1954-55 : " Mécanique des terrains perméables "


Définitions existantes

Perméable

Perméabilité


Définitions proposées

Perméable

Qualifie un corps, un milieu naturel ou artificiel, notamment un sol ou une roche, qui peut être pénétré et traversé par un fluide, en particulier par l’eau, mu par un gradient de potentiel.

Commentaires

Perméabilité

Propriété d’un corps, d’un milieu solide - notamment un sol, une roche - à se laisser pénétrer et traverser par un fluide, notamment l’eau, sous l’effet d’un gradient de potentiel.
Paramètre exprimant quantitativement cette propriété, relativement aux caractéristiques du fluide, notamment l’eau : flux pouvant passer à travers une section unitaire du milieu considéré, sous l’effet d’une unité de gradient de charge hydraulique, dans des conditions déterminées de pression et de température (grandeur homogène à une vitesse, notée K)

Commentaires


Jean Margat, Janvier 1999