Ruissellement


Etymologie & Histoire

Dér. de ruisseler, de ruissel, var. anc. de ruisseau, d’un lat. vulgaire rivuscellus, dimin. de rivus qui a donné " ru ". Attesté en 1613 au sens général et e, 1886 par de Lapparent au sens géologique.


Définitions existantes :

Ruissellement :

Ruissellement de surface:

Remarque : Le besoin qu’ont les auteurs de préciser " ruissellement de surface " prouve l’ambiguïté du terme, mal défini à cause de l’assimilation avec le terme anglais " runoff " qui se traduit effectivement par écoulement avec un sens très large, puisqu’il concerne toute circulation de l’eau en surface, aussi bien sur les versants que dans le lit de cours d’eau.

Or le terme de ruissellement de surface est un pléonasme puisque le ruissellement suppose une circulation superficielle de l’eau.

Mais cette ambiguïté du terme ne se limite pas à cette confusion avec l’anglais. La raison vient de ce qu’à l’origine, les crues ont été attribuées au ruissellement sur les versants. Il y avait alors assimilation entre un processus de transfert sur les versants (le ruissellement) et un volume de crue, qui s’observait dans le cours d’eau : la crue était, en volume et en processus, le résultat du ruissellement sur les versants

Les travaux ultérieurs ont conduit à faire reconnaître la faible part du ruissellement dans les écoulements de crue ; mais une certaine confusion demeure au niveau du vocabulaire : certains auteurs continuent de parler de " coefficient de ruissellement " pour désigner le rapport entre le volume d’écoulement rapide de crue (ERC) et la pluie qui l’a provoqué…


Définitions proposées :

Pour lever ces ambiguïtés, on gardera le terme de ruissellement pour une circulation non organisée sur les versants, celui d’écoulement lorsque l’eau circule dans un réseau hydrographique marqué dans le paysage, et enfin d’écoulement rapide de crue pour le volume de crue qui résulte d’une pluie.

Ruissellement  : circulation de l’eau qui se produit sur les versants en dehors du réseau hydrographique, que cette circulation soit connectée, ou non, à un drain permanent.

Ecoulement superficiel : circulation de l’eau en surface dans le réseau hydrographique

Ecoulement rapide de crue : Volume d’écoulement résultant d’un événement pluvieux


Processus de genèse du ruissellement

On distingue deux types de ruissellement : le ruissellement par refus d'infiltration d'un sol non saturé ("excess infiltration overland flow", qu’on traduit en français par "infiltration par dépassement d’un seuil d’infiltration "), et le refus d'infiltration d'un sol saturé ("excess saturation overland flow ", soit " infiltration par dépassement d’un seuil de saturation "). Cette classification présente l'avantage de regrouper dans la première catégorie des processus de ruissellements dont l'occurrence est le plus souvent sur les versants, donc déconnectés de la proximité du cours d'eau, et qui ne participent pas forcement aux écoulements de crue. Elle présente l'inconvénient de ne pas faire la distinction entre le ruissellement dit "hortonien ", pour lequel l'infiltrabilité des sols est considérée comme stable, et le ruissellement résultant de la modification de l’état de surface de sols mal protégé par la végétation sous l’impact des gouttes de pluie, dont les valeurs, à pluie constante, sont susceptibles d'évoluer très vite.


Différents types de ruissellement


C. Cosandey, mai 2000