Courbe de tarage ( Relation hauteur – débit )


Etymologie & Histoire

Dérivé de tarer (1723, terme de commerce ; au fig. taré, XVIème), de tare (1311) emprunté probablement par l’intermédiaire de l’italien tara à l’arabe tarah, du verbe taraha " soustraire, déduire ". Tarage est attesté en 1846 pour désigner la déduction du poids de l’emballage ou du récipient. Plus tard, divers emplois techniques de ce mot font allusion aux opérations ou dispositifs de réglage permettant d’obtenir des mesures correctes. D’où en hydrologie, le fait de tenir compte du débit dans le calcul des hauteurs d’eau et d’établir les relations hauteur-débit.


Définitions existantes

Remarque : l’expression courbe de tarage n’apparaît pas dans les dictionnaires qui semblent préférer courbe d’étalonnage, relation hauteur-débit.


Définition proposée

  • Courbe décrivant la relation expérimentale entre les hauteurs d’eau et les débits correspondants d’un cours d’eau ou d’un canal, établie à partir de mesures de vitesses à travers une section de référence.
  • Relation hauteur – débit


    Commentaires


    J.P. Carbonnel, juillet 1999