Vulnérabilité hydrologique


Etymologie & Histoire


Définitions existantes


Définition proposée

Sensibilité d'un territoire à un aléa hydrologique. Cette sensibilité se décline en termes de dommages aux personnes et aux biens , et de perturbation de l'activité socio-économique.


Commentaires & typologie

L'idée de cette définition conceptuelle est de définir une caractéristique propre au territoire, indépendamment des phénomènes pouvant effectivement l'affecter. Elle découle de la constatation que les effets dommageables induits par un aléa naturel sont d'autant plus marqués, à intensité d'aléa donnée, que la vulnérabilité des éléments exposés au phénomènes est importante. Pour ne pas être affecté par une inondation, il vaut mieux, dans l'ordre, habiter une maison sur pilotis, habiter à l'étage d'une maison sur deux niveaux, vivre dans une maison de plein pied avec plancher surélevé, que de vivre à un vrai rez-de-chaussée et avoir une cave aménagée.

Connaître la vulnérabilité d'un territoire revient donc à connaître les conséquences sur ce territoire de chaque occurrence de l'aléa. Evidemment, il n'est pas utile de mesurer la vulnérabilité d'un territoire non affecté par l'aléa. Par contre, l’étude de l’aléa dans un territoire actuellement non vulnérable (ce qui revient souvent à un territoire non utilisé par la société) reste intéressante pour orienter l’urbanisation future de zones potentiellement dangereuses.

La caractérisation de l'ensemble des conséquences d'une inondation n'est pas une chose aisée. Elle peut être déclinée suivant les dommages concernant les personnes (mort, blessure physique ou psychologique), les biens (destruction, détérioration, pillage), et les activités économiques (arrêt, perturbation, désorganisation.

Les conséquences potentielles directes d'une inondation peuvent être quantifiées en terme de degré d'endommagement de biens. Elles fournissent une estimation du coût potentiel des dommages. Les conséquences indirectes liées à la perturbation d'une activité économique ou sociale sont plus difficiles à quantifier. Elles reposent davantage sur un mécanisme de perception des désordres potentiels et peuvent être approchées par des méthodes d'évaluation comparative entre plusieurs situations.

A titre d’illustration, on peut citer la "Méthode d'évaluation contingente", qui est une méthodologie économique visant à apprécier la valeur d'un bien non marchand. La technique repose sur l'expression des préférences : au cours d'une enquête, il est proposé aux personnes interrogées d'émettre un jugement d'ordre économique sur le bien non marchand dont il est question. La valeur du bien est ensuite déduite des décisions économiques induites. Dans le cas d'une politique de prévention contre un risque naturel, le bien non marchand considéré est un niveau de protection contre ce risque.


M. Lang, Janvier 2002