Demande chimique en oxygène et oxydabilité


Les substances organiques naturelles proviennent du lessivage des sols et surtout des résultats du métabolisme des organismes aquatiques. Birge et Juday en 1934 estimaient que la matière vivante ne représentait que le cinquième, voire le vingtième de la matière organique présente. Les matières organiques sont composées d'hydrates de carbone, de matières protéïques, d'acides aminés, de lipides et autres substances de réserves dont certaines jouent le rôle de catalyseur, de stimulateur ou d'inhibiteur des fonctions biologiques.

La pollution par les matières organiques, dégradables ou non, est essentiellement due aux rejets industriels (industries chimiques, pharmaceutiques, pétrolières...) et aux rejets des populations urbaines. Les matières organiques sont des substances consommant indirectement de l'oxygène et leur dosage s'exprime en quantité d'oxygène nécessaire à leur oxydation à partir d'un oxydant commun (MnO4K, Cr2O7K2, Cl2...). En fait, il est très difficile de doser quantitativement les matières organiques, leurs composés s'oxydant plus ou moins complètement. Il est toutefois, possible de se faire une idée de la quantité de matières organiques présente par utilisaton de tests simples. Les oxydants les plus couramment utilisés sont le bichromate de potassium et le permanganate de potassium.


Source : Brémond R. et Vuichard R. (1973) Paramètres de la qualité des eaux, Ministère de la protection de la nature et de l'environnement, SPEPE, Paris, 179 p.