Matières en suspension et matières décantables en deux heures


Dans les eaux superficielles non polluées par l'activité humaine, les matières en suspension proviennent généralement des effets de l'érosion naturelle, des détrituts d'origine organique (débris végétaux...) et du plancton. L'apport de l'homme devient de moins en moins négligeable. Dans les zones rurales, le déboisement accélère l'érosion des sols, les eaux d'irrigation reviennent souvent chargées de matières en suspension... Dans les zones industrielles et urbaines, les eaux résiduaires contribuent à l'élévation des matières en suspension dont le taux varie en quantité et en qualité suivant le type d'industrie considéré.


Source : Brémond R. et Vuichard R. (1973) Paramètres de la qualité des eaux, Ministère de la protection de la nature et de l'environnement, SPEPE, Paris, 179 p.